mardi, octobre 31, 2006

Nettoyer les rues du CHE / Wipe CHE out of the streets

Ernesto Rafael Guevara de la Serna, a.k.a CHE Guevara (1928-1967)


La mode est parfois stupide. Mais quand la bienpensance s'y ajoute, on atteind les sommets du mauvais goût. N'avez-vous jamais eu envie de giffler ces grossiers bouffons portant fièrement le t-shirt d'un criminel totalitaire ? J'ai nommé l'icône des révolutionnaires "El Ché".
La BAF s'est donc donnée comme mission de nettoyer les rues du "Che" et autres "CCCP" (URSS en cyrillique).


Fashion is sometimes loony. Add P.C to it and you reach the highest level of bad taste. Have you ever been eager to slap one of those punks wearing a t-Shirt of a totalitarian criminal? Namely, the revolutionary idol, "El Ché".
Therefore, La BAF decided to face a new challenge: Wipe Eh Ché out of the streets (and also CCCP and other such craps).

A prank sponsored by BureauCrash.com. T-Shirts à vendre sur ce site. Buy T-Shirts on this Website.

(Si vous souhaitez sponsoriser un gag : arthur.wneir@hotmail.fr
If you'd like to sponsor a prank: arthur.wneir@hotmail.fr )



Une version en haute definition est disponible ici (230M)
A high definition version is available here (230M)



PART 1:




PART 2:




Summary / résumé:

Non je veux pas expliquer mon t-shirt Ché... c'est un cadeau ... laissez-vous tranquille... vous êtes d'extrême droite !

No, I don't want to explain my Che T-Shirt... it's a gift... leave me alone... you fascists!


AVANT :


APRES :


AVANT :
APRES :

Petite chorégraphie Ché Guevara appelée "La execution":
A little Che Guevara jig named "La execution":

Credits : Idée Arthur Wneir, Camera-montage Hervé Grouik, Carine de E-nough!, Acteur : Mathieu Libert, ... et de nombreux bobos.
Financez la BAF / Sponsor us:







Thanks to the sponsor of this prank : bureaucash.com

47 commentaires:

Anonyme a dit…

merci.

Chouan bourguignon a dit…

Je veux le même t shirt avec le Che en tête de mort ! Quoique le marteau et la faucille barré c'est pas mal non plus. ^^

Arthur Wneir a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Arthur Wneir a dit…

VOus pouvez acheter tout les T-shirt que l'on propose à la place du CHE ici : http://store.bureaucrashcontraband.com

Anonyme a dit…

Enfin le retour de la lutte contre le communisme. hourra !!

Bretzelman a dit…

Aha vraiment superbe. Vous êtes des bons! Il me faut également ces t-shirts.

Enrique a dit…

Excellent work guys...

www.abajofidel.blogspot.com

Enrique a dit…

Excellent work guys

thank you


www.abajofidel.blogspot.com

Valerie a dit…

Ce qui est drole, c'est qu'il y a des gens qui veulent bien vous ecouter tout de meme...

Un petit brin d'espoir, une petite lumiere au fond du tunnel?


Je prefere vous regarder que ce foutu 'Borat'!

;)

clazy a dit…

i love it

Anonyme a dit…

Excellent films! I loved them!

Leonel a dit…

Attention à ne pas confondre Stalinisme et Communisme...
Le Che a nourri son peuple, il lui a donné l'éducation, et il lui a donné la santé. Pour chacun. Quel que soit son revenu.

Cela peut paraitre futile pour des classes moyennes voire très aisées, mais ça ne l'est pas pour tout le monde.

Simon a dit…

leonel, un peu de sérieux s'il vous plait.

Herve Grouik a dit…

Le Che a nourri son peuple, il lui a donné l'éducation, et il lui a donné la santé. Pour chacun. Quel que soit son revenu.

Bwahahahaha !!!

Pol Pot a donne le droit a l'agriculture pour tous, Lenine a donne le droit au camp de reeducation par le travail (goulag) pour tous, Castro a donne le droit a la libre pensee communiste pour tous, Mugabe a donne des terres a tous les fermiers blancs, Mussolini a donne le droit au pichet de Chianti pour tous, Hitler a donne le droit a la peinture et aux camps naturistes pour tous, Trotsky a donne le droit a la reeducation politique pour tous, etc, etc. Bref, le socialisme a apporte tout pour tous, c'est merveilleux !

Je reconnais bien la le socialiste de base : les gens sont des cretins incapables de se prendre en main, alors il faut les administrer, l'Etat (beni 1000 fois soit son nom) doit prendre soin d'eux, les pauvres petits nenfants imbeciles qu'ils sont. Pour arriver a donner tout pour tous, les socialistes sont genereux avec l'argent des autres en mettent en esclavage la population.

C'est vraiment super le socialisme ! Tout au long du siecle dernier eurent lieu toutes les formes d'experimetnations socialistes (et ses enfants Communisme, Fascisme, National-Socialisme, Alter-mondialisme, Syndicalisme, Ecologisme, etc.), et tout le monde a pu constater a quel point c'est efficace et bienfaisant !

davethesith a dit…

Hervé, ne perds pas ton temps à convaincre un lobotomisé.

Il y aura toujours des gens pour chanter les louanges du Che , même à la Star ac !!

Viva la Reagan Revolution !!

Anonyme a dit…

Au moins on est sûrs qu'Hervé Grouik, lui, il a bien besoin d'être pris en main...
Donner au fascisme une posture socialiste, mouhahaha mais laissez moi rire. Hitler a été élu avec et grâce à la droite allemande - et grâce au jeudi noir de 1929, merveille de la bourse, qui a contribué à l'effondrement économique de l'Allemagne. Ensuite le cher Hervé, parle du "socialiste de base" ; j'aime, surtout venant d'un libéraliste de base, c'est toujours flatteur. Je m'enpêcherai quoiqu'il arrive d'évoquer le colonialisme et l'impérialisme, véritable épidémies émanant des pays du Nord, tendencieux capitalistes. "Faut pas croire que tout est mauvais dans le colonialisme".
Et d'ailleurs, puisqu'il est de bon ton de faire cet alliage socialisme/communisme/stalinisme, véritable slogan de ce site, il faut rappeler que le COMMUNISME (oui, LE VRAI, L'EMPIRE DU MAL) n'est plus. Eh ouais les gars, aujourd'hui c'est Nike qui s'amuse au Cambodge, c'est Coca-Cola qui joue en Amérique du Sud et en Inde, et c'est les Etats-Unis, figure de proue du capitalisme, qui bombarde et tue inutilement en Irak - arrêtera, arrêtera pas ? Aussi pourrais-je qualifier ce site d'absolument grotesque, qui se (dé)bat tant bien que mal, en repompant toujours les mêmes arguments trop entendus, pour en tirer une soupe qu'on aurait même pas servis dans les goulags tellement elle est amère.
Et toi, cher Hervé, s'il est bon d'argumenter, argumente avec justesse, et cesse de répéter ce qu'Edouard Fillias/Alain Madelin a pu dire, c'est mal...
Et PostScriptum : à défaut de pouvoir le crier sur la place Pompidou, je le dis ici, avec une certaine sérénité : Marx revient.

davethesith a dit…

caché derrière un utilisateur anonyme, nous avons droit à un alter-mondialilo-démagoliste (ou approchant) nous faisant l'éloge de Marx !!

Et ça existe encore !!

Au fait, La Corée du Nord, Cuba, c'est des pays libéraux.

Allez , retourne lire Pif Gadget et laisse nous délirer.

Hervé Grouik a dit…

Au courageux anonyme (très courageux, mais distrait, il oublie de mettre son nom), un alterfasciste dont la vacuité cérébrale lui évite de ressentir la honte que tout être humain adulte et raisonnable ressent à juste titre après avoir dit de telles débilités, je vous ferai une réponse bien plus élaborée que la seule qui serait valable dans un tel cas : une bonne rigolade (merci de nous avoir bien fait rigoler !). Cette réponse n'est pas pour vous, vous seriez bien incapable de la comprendre, puisque le nombre de mots dépasse largement le chiffre de votre QI, soit environ votre température anale. Elle n'est pas pour vous, mais pour ceux qui ont besoin d'explications sur les propos que j'ai tenu dans mon commentaire précédent. Un rappel historique pour les gens de bonne volonté, de droite ou de gauche (bon, il doit y en avoir).

Je ne m'attarderai même pas aux vomissures style les "Ah les grosses méchantes entreprises qui vont exploiter les enfants en Asie", alors que même la très bureaucratique OMC a (non sans peine, idéologie oblige) admis que depuis que les pays d'Asie du Sud-Est se sont ouverts aux investissements étrangers, la pauvreté a régressé de manière fulgurante : voir ici et ici. Mais c'est compréhensible : les gauscistes sont des croque-morts, ils ont besoin de pauvreté et de misère pour vivre, essayer de justifier par l'absurde leur idéologie de mort. Pas de pauvres, pas de gauscistes. Nike, pour garder cet exemple, a permis a des milliers de familles de sortir de la misère, toute une économie s'est mise en place autour des usines, sortant des régions entières de la pauvreté abjecte dans laquelle le socialisme (Vietnam) les avait plongé sans espoir d'en ressortir.



***

« Nous sommes socialistes, nous sommes les ennemis du système économique capitaliste actuel d'oppression des économiquement faibles, avec ses salaires injustes, avec son évaluation inconvenante de l'être humain par sa richesse et sa propriété au lieu de la responsabilité et la performance, et nous sommes tous déterminés à détruire ce système coûte que coûte. »
-- Adolf Hitler, dans un discours prononcé le 1er mai 1927

« Le mouvement socialiste-national a un seul maître : le marxisme »
-- Goebbels, Kampf um Berlin, page 19

« Mussolini aime à affirmer que Marx est son père spirituel. »
(Que sais-je version espagnole : Mussolini y el Fascismo, page 3)

« Tout dans l'Etat, rien contre l'Etat, rien en dehors de l'Etat. »
-- Mussolini « A la Camara de Diputados 9 de diciembre de 1928 » in Discursos de 1928, page 333

« L'Etat est le contenant et la race est le contenu »
-- Hitler, Mein Kampf





Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les gauscistes français et étrangers ont entrepris une des plus grandes entreprises de désinformation et de propagande : définir leurs ennemis ou simplement leurs opposants comme étant des fascistes ou des nazis. N’importe qui peut être taxé de fasciste, à l’instar du général De Gaulle en 1947 quand il fonda le Rassemblement du Peuple Français. Le parti communiste et tous les organes de presse affiliés dénoncèrent De Gaulle et son parti comme étant fascistes. Jacques Duclos a même traité De Gaulle de Mussolini ! Le fascisme et nazisme ne sont des courants politiques mais des figures de propagande.

Mais… Une analyse à froid des mouvements qu’étaient le NSDAP d’Hitler et le NFP de Mussolini apporte de grandes surprises !

Comme il l’explique dans Mein Kampf, Hitler avait en tête de « faire la révolution », « briser l’ancien monde », notamment pour unifier l’Allemagne, où à cette époque existait d’énormes différences entre les provinces quasiment autonomes et indépendants les unes des autres : le niveau de vie en Bavière n’avait rien à voir avec celui de la riche Prusse. D’ailleurs, à la parution de son livre, presque personne à part Maurras ne le dénonce : à gauche, silence complet.

Puis, quand on pousse un peu plus loin les recherches, on se rend compte que le Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei, le Parti Socialiste National des Travailleurs Allemands a été baptisé ainsi par Adolf Hitler lui-même en août 1920. Ce parti, dont il était un des dirigeants, s’appelait précédemment le Deutsche Arbeiterpartei, le Parti des Travailleurs Allemands !

On trouve en un discours du 1er mai 1927 où Hitler vociférait les phrases suivantes, qui ont un écho très actuel :
« Nous sommes socialistes, nous sommes les ennemis du système économique capitaliste actuel d'oppression des économiquement faibles, avec ses salaires injustes, avec son évaluation inconvenante de l'être humain par sa richesse et sa propriété au lieu de la responsabilité et la performance, et nous sommes tous déterminés à détruire ce système coûte que coûte. »
Autant dire que dans l’Allemagne du Traité de Versailles, au début d’une crise économique internationale qui connaîtra son apogée deux ans plus tard, il ratissait large ! Et il n’est pas du tout étonnant de voir qu’il ait eu une si grande popularité, tout comme celle de nos grands pontes actuels de la dictature du prolétariat sus cité. Ceci allié à la haine du Juif, caricaturé par l’usurier, il ne pouvait que galvaniser les foules. De plus, l’Allemagne est le pays de Marx, et celui-ci pensait d’abord faire la révolution dans son pays…


La doctrine national-socialiste était absolument socialiste et nationaliste et raciste. Pour s’en convaincre, rien de tel que la lecture du programme du NSDAP rédigé le 24 février 1920. Voici neuf des vingt-cinq points du programme, les autres sont autant de consternantes insanités, non pas socialistes mais racistes.

- Nous exigeons que le gouvernement se consacre avant tout à son obligation d'offrir aux citoyens les opportunités adéquates pour l'emploi et pour gagner leur vie
- Il ne sera pas permis que les activités des individus choquent avec celles de la communauté, au contraire, elles devront être confinées et consacrées au bien de tous ;
- Nous exigeons la nationalisation de toutes les entreprises qui auront été concentrées (en trust)
- Nous exigeons que l'État partage les bénéfices de grandes entreprises
- Nous exigeons que la provision pour les plus âgés augmente à une échelle supérieure
- Nous exigeons la réforme de la terre... ; l'approbation d'une loi de confiscation de la terre à des fins communales ; l'abolition de l'intérêt sur les hypothèques et l'interdiction de la spéculation sur la terre
- Nous exigeons une réforme agraire... ; la promulgation d'une loi d'expropriation sans compensation des propriétaires de n'importe quelle terre qui pourrait être requise pour les intérêts nationaux ; l'abolition du loyer de la terre...
- L'État organisera de manière adéquate le système culturel... la conception de l'idée de l'État (la science de la citoyenneté) sera enseignée dans les écoles dès le début ; nous exigeons que les enfants... soient éduqués à la charge de l'État
- C'est le devoir de l'État d'aider à élever l'état moyen de santé de la nation en fournissant des centres publics de maternité, en interdisant le travail infantile...


Cela dit, je m’efforce d’être factuel et honnête, et même si le programme était en partie clairement socialiste, il n’en reste pas moins que la réalité en était plus ou moins éloignée. La collectivisation des terres a été limitée, aux Juifs notamment. Hitler a beaucoup nationalisé, mais pas tout, il n’a pas totalement aboli la propriété privée et n’a pas totalement interdit le profit. En fait, la doctrine économique qu’il appliquait est celle de l’ancienne Prusse, elle s’appelait la Zwangswirtschaft (littéralement, économie dirigée par l’Etat) où l’Etat a un pouvoir illimité sur l’économie, dogme socialiste si l’en est. C’est d’ailleurs un système économique plus ou moins proche qui est encore en vigueur dans les « social-démocraties » (Oh le bel oxymore !) comme celles de l’Europe. Les deux différences notoires entre national-socialisme et communisme sont la haine de race vs haine de classe, et le contrôle coercitif de la propriété vs la nationalisation.

Les gauscistes, soucieux de défendre leur idéologie génocidaire, sont prompts à rétorquer que « de grandes entreprises ont financé le parti national-socialiste ». Tout à fait. Tout comme les Bolcheviks avaient leurs « milliardaires autorisés ». Pour les mêmes raisons.


Mais la pratique national-socialiste était en de nombreux points identique à la pratique socialiste ou soviétique de l’époque :
- Loyauté des citoyens envers l’Etat Nation et de son régime par-dessus tout
- Économie planifiée, où les priorités du régime ont préséance sur celles des entrepreneurs
- Un gouvernement omnipotent et une bureaucratie pléthorique
- Glorification des travailleurs du secteur militaire et du service public, « bien supérieurs aux futile monde des affaires et à la vie professionnelle »
- Tout comme le soviétisme, il est à la fois protectionniste et expansionniste : il cherche à anéantir les importations mais demande aux autres nations d’importer leurs produits en gage de loyauté
- Les régimes étrangers qui ne se conforment pas à la doctrine sont dénoncés comme ennemis et l’hystérie populaire est fomentée à leur encontre
- Une politique étrangère impérialiste qui tend à contrôler des régions entières en favorisant des structures globales sous ses ordres
- Chauvinisme et nationalisme comme gage de patriotisme
- Les dirigeants nient les réalités économiques, ne voyant aucun frein à l’étatisme : ils n’admettent pas que l’Etat coûte de l’argent qui, s’il ne peut pas être obtenu par les taxes et donc la coercition sur les travailleurs, le sera par la dette et donc l’inflation.
- Une méthode pour que l’Etat obtienne de l’argent est la spoliation et le pillage
- Agressivité érigée en vertu : la guerre est une entreprise héroïque et les meurtres de masse une industrie
- Répression drastique des opposants par tous les moyens : assassinat, procès inéquitables, espionnage, surveillance des comptes bancaires, interception du courrier, prise en otage des familles
- Un système sécuritaire et social qui n’est ni comptable ni responsable de ses actes envers la population : un système d’aide étatique qui enfle sans limite, une régulation étatique qui relègue la petite économie au marché noir, une fiscalité qui fait stagner des secteurs économiques entiers
- Un état centralisé engagé dans une guerre contre ses citoyens
- Un système économique écrasant pour les entrepreneurs
- Religion d’Etat : l’athéisme et la glorification du parti
- Interdiction d’émigrer
- Presque aucune sorte de libertés
- Et le plus important : régner par la peur


Par ailleurs, il faut également prêter un œil attentif aux alliances scellées par le régime national-socialiste avec des puissances étrangères :
- la première alliance fut scellée par les accords de Munich, signé avec le socialiste Edouard Daladier sous l’égide du Front Populaire
- la deuxième fut scellée avec l’URSS, par le premier volet des accords Ribbentrop-Molotov, donc avec Molotov, qui dirigea la diplomatie soviétique de 1939 à 1949 de Staline
- la troisième fut l’Axe Rome - Berlin, avec Mussolini ; ce dernier, dont Trotksy disait qu' « il est un de ses meilleurs élèves », fut le rédacteur en chef d’un journal socialiste en Autriche en 1909, dirigeant local du Parti Socialiste Italien de 1906 à 1914, rédacteur en chef du journal officiel du PSI, et qui fonda les « Faisceaux Italiens de Combat » en 1919, sorte de milice socialiste radicale, qui s’empressa d’ailleurs de décimer les membres du parti socialiste. En 1943, après avoir été libéré par les Allemands, il fonda la « République Sociale Italienne ». Que les gauscistes le veuillent ou non, Mussolini a toujours été de gauche, et le fascisme est une doctrine de gauche.

Jamais Hitler ne pactisa avec un dictateur de droite, comme Franco, l’archétype du dictateur de droite !

D’autre part, il est intéressant de regarder du côté du gouvernement de Vichy. Si Pétain était un homme de droite modérée (républicain laïc), une bonne partie de son gouvernement était formée d’hommes de gauche. Ce fut d’ailleurs l’Assemblée Nationale aux mains du Front Populaire qui lui conféra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. On nous rabâche à satiété que 80 députés s’opposèrent à ceci, mais c’est oublier les chiffres : 80 non à Pétain, 570 oui, 20 abstentions, 650 présents sur 932.
La participation de la gauche au gouvernement de Vichy explique la présence de relents marxistes dans certains discours de Pétain, tel l’ « Appel aux Travailleurs » rédigé par Emmanuel Berl et Gaston Bergery où il est question de prolétariat et des causes de la lutte des classes. Le terme même de « révolution nationale » est évocateur, même s’il y est largement question d’anticommunisme, l’étatisme, le dirigisme, le centralisme et le nationalisme en sont la trame.

Les figures de proue de la collaboration, ceux qui la poussèrent à son paroxysme, sont quasiment tous des hommes de gauches, à l’exception de Joseph Darnand (Action Française). Le pire de tous, si l’on peut s’aventurer à les classer, est sans doute Jacques Doriot, ancien dirigeant du Parti Communiste et qui en fut exclu en 1934 pour fonder en 1936 le Parti Populaire Français dont le programme dit « néo-socialiste » peut objectivement être qualifié de national-socialiste.
La palme d’or de la collaboration est partagée avec Marcel Déat, ancien dirigeant socialiste, ministre dans le cabinet Sarraut en 1936, qui fut condamné à mort par contumace. Il fonda le parti collaborationniste Rassemblement National Populaire en février 1941. Dans son livre Mémoires, il ne cache pas sa fascination pour le fascisme, dans la mesure où « il semblait réaliser certains des objectifs du socialisme, notamment dans le domaine économique. »
La dernière figure du triptyque de la collaboration tous azimuts était Pierre Laval, pilier incontournable du régime de Vichy et signataire de la Loi sur le Statut des Juifs, qui était aussi un ancien député socialiste, de 1914 à 1919.

Le PCF avait appelé à la désertion en 1939, ce que fit son secrétaire général Maurice Thorez, avant de collaborer avec les nazis jusqu'en août 1941, année où il fut condamné pour désertion. Avec le célèbre stalinien Georges Marchais, ils offraient volontairement leurs services aux nationaux-socialistes en allant peindre des swastikas sur des panzers. Un certain François Mitterand travaillait à la Légion des Combattants et des Volontaires de la Révolution Nationale, et s’employait à une activité de renseignement contre les adversaires du régime. En 1943, il est décoré de la Francisque, la plus haute distinction du régime réservée aux bons serviteurs du maréchal Pétain.

Maurice Papon a, durant l'entre-deux-guerres, fréquenté la Ligue d'Action Universitaire Républicaine et Socialiste (organisation à laquelle appartenait, entre autres, Pierre Mendès France), qui combattait les Camelots du Roi de l'Action Française de Charles Maurras. Tout comme Bousquet, il entre dans la carrière avec la protection des radicaux et, de 1936 à 1938, il a été attaché au cabinet de François de Tessan dans les gouvernements Blum et Chautemps, puis à celui du socialiste André Février dans le très bref second cabinet Blum. Par la suite, Bousquet a réalisé avec zèle la besogne que l’on connaît.

C'est pendant l'occupation allemande, le 24 avril 1941, que le 1er mai est officiellement désigné comme la Fête du Travail et de la Concorde Sociale et devient chômé. Cette mesure, destinée à rallier les ouvriers au régime de Vichy, est à l’initiative de René Belin, signataire de la Loi sur le Statut des Juifs, ancien dirigeant de la CGT qui est devenu secrétaire d'État au Travail dans le gouvernement Pétain. À cette occasion, la radio d’Etat ne manque pas de souligner que le 1er mai coïncide aussi avec la fête du saint patron du Maréchal, Saint Philippe (aujourd’hui fêté le 3) ! En avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération. Celui-ci fait du 1er mai un jour férié et payé… mais n'en fait pas pour autant une fête légale et ne le désigne pas officiellement comme Fête du Travail. En la matière, le général de Gaulle n’a fait qu’entériner les choix de Vichy. On notera d’ailleurs que ce sont deux anciens conseillers de René Belin, Francis Netter et Pierre Laroque, qui mettront en place la Sécurité Sociale à la Libération.

Un autre « collabo philosophique » bien connu n’est autre que Hubert Beuve Méry, à l’époque directeur du journal Le Temps et futur fondateur du Monde. En 1943, il écrivait sans vergogne que « les élites de ce pays de devaient pas se risquer dans la résistance, pour pouvoir reconstruire ce pays à la fin de la guerre ».

Au début de la guerre, Pétain a jeté des dignitaires communistes en prison et interdit le torche-cul l’Humanité. Et pour cause : intelligence avec l’ennemi et haute trahison. Il continue à paraître clandestinement, et le 20 juin 1940, les communistes Denise Ginolin et Maurice Treand obtiennent de la Propagandastaffel le droit de le faire reparaître à Paris. Le 4 juillet 1940, quelques semaines après une débâcle faisant 100 000 morts en une semaine, le journal fécal sus cité écrivait « Il est particulièrement réconfortant, en ces temps de malheur, de voir de nombreux travailleurs parisiens s’entretenir amicalement avec des soldats allemands, soit dans la rue, soit au bistrot du coin. Bravo, camarades, continuez » (cf. Jean Sévillia, Le terrorisme intellectuel). De plus les communistes collaient des affiches appelant à dénoncer les « terroristes » (résistants), qu’ils combattaient activement puisqu’ils se battaient avec les nationaux-socialistes contre la France. Thorez ainsi que de nombreux dirigeants communistes désertent l'armée française, alors en guerre contre la Wehrmacht, pour se rendre à Moscou auprès de Staline. Doriot, lui, préfère collaborer. En 1943, suite à la dissolution du Komintern, le PC devient le PCF.

Le but des précédents paragraphes est de montrer que la collaboration fut très efficace à gauche, car beaucoup de socialistes ont visiblement fait plus « qu’obéir aux ordres » : ils adhéraient profondément aux thèses nationale-socialistes, si proches des leurs. Cette période de l’histoire est incompréhensible sans faire cet évident rapprochement. Les communistes, jusqu’en 1941, en avaient même l’ordre, intimé par le Parti après la signature du premier volet des accords Ribbentrop-Molotov, appelé abusivement « pacte germano-soviétique » : il n’y a pas eu qu’un « pacte », mais de multiples accords bilatéraux. J’ai réussi avec énormément de mal à dresser une petite liste de collabos de gauche, qui n’est certainement pas exhaustive : Jacques Doriot, Marcel Déat, Gaston Bergery, Pierre Laval, René Bousquet, Maurice Papon, Maurice Thorez, Georges Albertini, François Mitterand, Georges Marchais, Paul Marion, Pierre Drieu La Rochelle, René Belin, Francis Netter, Pierre Laroque, Adrien Marquet, Jean Médecin (père de Jacques), Emmanuel Berl, Robert Jospin (le père de Lionel)…

Il existe une abondante littérature mettant en exergue la nature socialiste du nazisme, ainsi que sa comparaison avec d’autres systèmes socialistes. Cette littérature est à 100% en anglais, pas le moindre mot en français : c’est là un tabou absolu, et l’objet d’une désinformation confinant à l’aliénation mentale. Les livres sur le sujet ont été commis par des historiens Anglais, Américains, Canadiens, Européens de l’Est, souvent Juifs d’ailleurs. Je dénoncerai aussi fort l’extrême droite si j’avais à le faire, d’ailleurs le gouvernement de Vichy, le PPF et le RNP étaient en partie composés de gens de droite et d’extrême droite, comme Joseph Darnand et certains des membres de l’Action Française de Charles Maurras. Je suis encore moins nationaliste que socialiste !

Au-delà de tout ce qui vient d’être dit, cela n’enlève en rien sa spécificité au national -socialisme, comme celles des régimes de Castro, Kim Il Sung, Mao, Pol Pot et tous les autres… Mais les quelques paragraphes précédents démontrent objectivement que l’amalgame entre extrême droite et nazisme ou fascisme est purement et simplement fallacieuse : c’est une arme de propagande… Un exemple de la myriade des mystifications idéologiques gauchistes. Mais les faits sont têtus, l’Histoire est ce qu’elle est, et je ne me laisse plus berner… Les gauchistes qui me traitent de fasciste, et cela arrive quand je démonte dans ménagement leurs foutaises, me font désormais rire aux éclats, et je leur réponds « non, je suis de droite ».

***


Quelques synthèses très intéressantes à lire :
Why Nazism Was Socialism and Why Socialism Is Totalitarian
Hitler was a leftist

davethesith a dit…

Hervé, m'autorises-tu à publier ton texte (magistral !!) sur mon blog ???

Herve Grouik a dit…

Bien sur, Dave The Sith. En fait ce texte est un court extrait d'un autre texte que j'ai ecrit. Contactez moi par e-mail pour plus d'infos : anticommunist arobas gmail point com

davethesith a dit…

Ok, c'est parti

Crazy Wolf a dit…

il serait interressent de nous donner des noms de bouqins qui traitent des informations que vous apportez , parceque je trouve que c'est du meme niveau de non-information que ce que vous critiquez.Pourquoi vous crois je plus que d'autres ?
Enfin quel est votre positionnement clair politiquement , parceque a droite il y a aussi des "cas" , tel que Pinochet. Ou prenons l'exemple de l'Argentine et de son effondrement economique apres la délapidation de toutes ses infrastructures par des liberalistes se moquant de la dignité humaine. Votre point de vu la dessus serait interressent . Merci

Anonyme a dit…

Well done!

Paul
Massachusetts, US.

Berklé a dit…

Laisse Crazy Wolf, ce site se contente en somme de diaboliser tout progrès social. Quant à Hervé Grouik, il assimile l'écologisme au socialisme, alors que l'écologie est aujourd'hui perçue comme nécéssaire, même pour les partis capitalistes - peut-être va-t-il encore nous pondre un commentaire ô combien erroné sur "les dangers de l'écologie !". Et comble du comble Hervé et toute la bande s'imaginent que la France est de gauche...
Quand certains ne sont pas au contact des réalités...

Anonyme a dit…

Qu'il est facile de critiquer quand on a le pirivilèege d'avoir marqué Francais sur son passeport, et d'en tirer tous les avantages.
Changez de point de vue maintenant, mettez vous à la place de ce que vous critiquez et de ce que vous croyez defendre. Que faites vous?
Et c'est tellement plus faicle de rester a se branler en critiquant le passé alors que les consequences de ces actes passé se font rencore sentir qujourd'hui. Et que faites vous?
Donc si ca vous plait tant que ca de remanier le monde, faites vous connaitre, tentez un coup d'état (meme si cela vous rapprocherez quand meme du Ché), Organisez une révolution (de même que précedement), agissez à visage découvert. Alors que ferez vous?

Gs a dit…

Superbe cette petite action les gars. Intelligent, pertinent et drôle, j'espère pouvoir un jour vous aider dans Paris.

Anonyme a dit…

J'aimerais autant dire que le capitalisme a su reprendre à son actif tout le symbole du Che, pour se remplir les poches. Comme il a su s'approprier le rap alors qu'il s'opposait à lui...
Hahaha, pertinent ? Mes aïeuls rions un bon coup...

Anonyme a dit…

Au secours, les gars! Votre action, quoique remarquable par son audace et son à propos, revient à s'attaquer à des moulins à vent... à peine commencez-vous à expliquer qui est Che Guevara, convaiquant certains, j'ose l'espérer, qu'aussitôt apparaissent d'immenses panneaux publicitaires annonçant la naissance de bébé "el Che Cola" le nouveau soda à la mode, garanti sans OGM et dont les bénéfices de la vente seraient en partie reversés à des ONG et oeuvres caritatives, on se demande d'ailleurs lesquelles... Il suffit de jeter un coup d'oeil sur leur site, je vous le conseille, www.elche-cola.com Le projet paraît certes louable, mais quelle démagogie, quels mensonges éhontés au nom de la sacro-sainte idéologie communiste! Vive le partage des richesses, comme ils disent, et si tout se passe comme ils le souhaitent, d'ici quelques années les petits africains se cotiseront pour venir en aide aux petits français en difficultés. Rêvons toujours... et quand on ouvrira les yeux il sera trop tard. Excusez-moi je m'emporte, mais ça fait du bien!

Alors permettez-moi de m'interroger: notre situation est-elle à ce point désespérée que le français en est arrivé à un point de non retour dans le domaine de l'inculture et de la bouffonnerie ou est-il encore permis de croire que nous saurons éduquer nos enfants de telle façon qu'ensemble nous pourrons instruire les autres et relever la France de la fange dans laquelle elle aime tant se prélasser tant il est facile de se laisser entraîner sans réagir?

A Marseille, nous avons tout loisir d'admirer le noble visage du Che - séduisant il faut le reconnaître, et nous, femmes, ne sommes-nous pas trop sensibles à ce genre d'arguments, mais est-ce suffisant pour l'élever au titre de héros, chevalier des temps modernes, libérateur d'un pauvre peuple opprimé - tantôt sur les affiches publicitaires de la fiesta des Suds - non, pardon, ce n'était pas le Che, seulement une jeune femme coiffée comme lui et portant le même genre de béret, l'allusion étant suffisamment éloquente - tantôt pour la promotion d'un soda. On croit rêver. Et si par hasard je sors écouter de la musique d'Amérique du Sud, cumbia, salsa ou autre, c'est toujours pour me retrouver harcelée par des images de tout genre de cette nouvelle idole.

Au secours! Je m'étrangle de constater une fois de plus que la bêtise humaine nous donne une notion de l'infini. J'ai beaucoup apprécié votre esprit de dérision, il est vrai qu'on peut déjà inciter à la réflexion par un biais humoristique, mais comment aller plus loin? Comment faire un vrai grand nettoyage? A peine coupée, la tête du monstre repousse, c'en est effrayant...
Dites-nous si vous descendez dans le Sud, vous verrez, le boulot ne manque pas non plus. Et si je peux vous être d'une quelconque utilité...

Marie, qui aimerait bien pouvoir être fière d'être marseillaise, et même française

Max a dit…

J'ai aimé le concept de vos vidéos...
Cependant, pour moi (qui ai un t-shirt rouge du Che d'un cadeau de mes parents qui sont allés à Cuba), le Che symbolise une personne qui était tournée vers le peuple (regardez le film ou lisez le livre Carnets de voyage : vous seriez peut-être surpris des actions du Che dans sa jeunesse). Après, je ne suis pas daccord sur la mise en pratique de ses idées...
Pour moi, le communisme (au départ) est une telle utopie qu'il était certain que ça serait irréalisable, et qu'il y aurait de nombreuses dérives.
Le Che était une personne bien, qui avait ses idées, il ne faut pas oublier que c'est une idole à Cuba, et que, de nos jours, ça ne le serait probablement plus s'il n'avait pas donné beaucoup à son pays. C'est juste que notre différence de culture ne nous permet pas de voir les choses sous le même angle.
Après, allez savoir qui est dans le vrai!

Bigstop a dit…

@ Max,

le problème de cette dérive entre les bons sentiments (supposés, mais admettons...) de quelqu'un et le résultat est précisément ce qui me fait peur.

Finalement, au nom d'un beau projet de bonheur qu'on voudrait imposer à tout le monde, ne peut on pas tout excuser? Je choquerai sans doute du monde en disant cela, mais je suis convaincu que la plus grande part des allemands qui soutenaient activement le parti nazi étaient convaincus qu'ils étaient dans le vrai et qu'ils préparaient un meilleur avenir pour leurs concitoyens, leurs enfants. Je ne crois pas du tout qu'ils étaient tous intrinsèquement méchants et diaboliques.

Le problème, c'est qu'au nom de leur projet politique, de leur idéal, ils ont été capables d'approuver des actes et des politiques barbares et cruelles. Et même pour certains commis des actes de telle nature... Un peu comme le Che (qui semblait s'éclater d'ailleurs lors des exécutions, même de très jeunes gens).

On sait tous que la fin ne justifie jamais les moyens. Si, même on nom d'un beau projet, on commence à commettre des crimes, on peut être sûr que le projet est compromis. L'enfer est pavé de bonnes intentions après tout. Mais au delà de ça, je m'autorise à mettre en doute la sincérité de la générosité d'un homme qui au nom de cette générosité se porte volontaire pour commettre des actes inhumains et cruels.

Que l'on croit ou non aux bons sentiments des uns ou des autres, il y a en tous cas une chose à retenir, c'est qu'il faut se méfier de ceux qui prétendent vouloir organiser votre Bonheur pour vous. Car une telle ambition mène nécessairement au totalitarisme. Préférons ceux qui veulent nous laisser la liberté de déterminer et de poursuivre ce que nous croyons être notre propre vision du bonheur.

Et qu'il ait eu ou non de bons sentiments dans sa jeunesse, le Che a été un tortionnaire cruel. Et moi, je me refuserai toujours de porter l'éfigie d'une personne coupable de tels crimes. Car porter un tee-shirt à l'éffigie de quelqu'un, c'est une manière de faire allégeance à cet homme, justifier ses actes et finalement commettre un crime de complicité morale.
Et la seconde raison pour laquelle je me refuserai toujours de porter un tel tee-shirt, c'est pas respect pour toutes les victimes, qui ont droit au respect, même dans leur tombe où ils doivent se retourner chaque fois que quelqu'un juge malin d'arborer le portrait de leur bourreau. Que diriez-vous si c'était votre famille, vos ancêtres qui avaient été nettoyés par le Che?

Anonyme a dit…

Listen, I understand your statements. And I may sympathize with some of them. But I believe you're as much a bunch of IGNORANT-TRENDY-LOSERS as the ones who wear the Che T-Shirts. You asked a man if he cared about the "100 million deaths of communism". Now I ask you: Do you care about the so much more deaths of capitalism?

The world is plagued by stupid people and you're no different.

Anonyme a dit…

Bigstop ça te dirait un t-shirt d'Augusto Pinochet ?
Haha parce que - nan mais sérieusement, lorsque tu parles des bons sentiments, excuse moi du peu, mais faut croire que toi aussi t'as qques problèmes d'assimilation. Déjà serait-il nécessaire de reconnaître que lors d'une révolution, - qu'importe laquelle ! - des excès y seront toujours commis ? Pourtant y en a une vraie de vraie qui s'est déroulée dans le calme et sans mort et elle était...ah oui...communiste et portugaise.
Quant à dire que les Allemands qui votaient pour Hitler n'étaient pas tous des salauds et y voyaient l'homme de la situation, c'est franchement on ne peut plus bateau. On s'en doute bien, d'ailleurs, lorsqu'on sait que des Juifs ont voté pour ce même monsieur. Mais au risque de te troubler et de rappeler à quel point le libéralisme n'est pas aussi "profitable" qu'il n'en a l'air, il est certain qu'Hitler n'aurait jamais gagné sans le Krasch boursier de New York et sans son abîme économique. Faut croire que la pauvreté a de quoi rendre extrêmiste.
Et Che l'assassin : et pis Ronald Reagan le Saint ?

Max a dit…

@ bigstop,

Admettons, j'accepte une partie de ton argumentation, mais il me semble que tu as oublié un point essentiel de mon message :
Comment se fait-il que pour les Cubains, de nos jours, le Che soit un héro et encore considéré comme tel, s'il a été si mauvais pour son peuple?

Anonyme a dit…

Votre Video est manipulatrice et votre argumentaire est bourré d'erreur historique!
Vous comparer Ernesto Guevara à un criminels déspotiques
Dois je vous rappeler que c'est un homme qui a renoncé à une vie de médecin bourgeois pour combattre pour la liberation d'un pays qui n'etait pas le sien, il a certes suivi Castro mais qui à l'époque n'avait rien d'un dictateur et qui fut après la revolution consideré comme un liberateur ( il se transforma en dictateur par la suite j'en conviens tout à fait ). Mais il a rompu avec Castro, l'Urss et le pouvoir pour retourner combattre dans d'autres pays, alors qu'il aurait pu profiter des privilèges du pouvoir ce qu'il a toujours refusé! Avant cela il fut un artisan de la campagne d'alphabétisation de cuba ainsi que de la gratuité du service de santé et de la répartition des terres, il créa le service de travail obligatoire pour relancer l'economie du pays (et non des camps de travail) mais il était le seul ministre à venir y travailler! Certes il dirigea les tribunaux révolutionnaires (ceux que je regrette) mais il prononça la mort uniquement contre les collaborateurs du dictateur Batista qui eux avaient du sang d'innocents sur les mains (car le peuple Cubain après des années de dictature réclamait vengeance!) Il était aussi dur avec lui même qu'avec les autres, il était dogmatique, mais il était prêt au sacrifice ultime pour un idéal de justice et d'égalité pour les peuples victimes de l'imperialisme! On peut critiquer ses choix ou ses méthodes mais l'homme était un exemple de courage et d'abnégation et d'ampathie! Pour avoir été à Cuba je peux vous dire que si le peuple veut en finir avec Castro, le Che reste un héro dans toute sa noblesse! (Il faut combattre le Castrisme sans tomber dans la propagande anticastriste primaire qui revisite l'histoire et en s'attaquant à la mémoire du Che qui reste la seule vertu de ce régime qui est au antipode de ceux pourquoi il s'est battu) et pour finir je le cite "Si vous êtes capables de trembler d'indignation,chaque fois qu'il se commet une injustice dans le monde, alors nous sommes camarades.

Yann Durst a dit…

Pour le message d'avant(le plaidoyer de defense du Che pour lequel je ne ferais pas d'ami parmis vous) je n'ai pas signé et cela ne se fais pas donc veuillez m'en excuser
Yann Durst

Arthur Wneir a dit…

En résumé Yann vous ne niez pas que le CHe était un tueur sanguinaire et violent - mais il était motivé par un idéal.

Vous allez etre content : nous n'avons jamais dit que le Che n'était qu'un vil profiteur pret à tout pour s'enrichir et exercer le pouvoir, c'était juste un fanatique pret à tuer et emprisonner autant d'humains qu'il faudrait jusqu'a que son "homme nouveau" existe.

Cool !

Anonyme a dit…

ATTENDEZ LES GARS ! riez bien quand on interdira toutes libertés dans ce beau pays nommé France , j'espère que serez les premiers censurés ..
Le che tueur sanguinaire dites vous ? Je reve ou bien vous etes a coté de la plaque .... PEUPLE opprimé par des bastista en co ( usa) et je suis sur a sa place vous auriez applaudi un mec comme lui pour la delivrance de l'oppression ... J'attends des commentaires aussi farfelues que ceux que je viens de lire ... PAS BO tout ça !
morte de rire

hélène

Anonyme a dit…

Nan mais le p'tit Wneir il a pas compris qu'il avait tort alors il continue...

Yann Durst a dit…

Arthur Wneir
Je n'ai jamais dis que le Che etait un tueur sanguinaire et violent! Mais bon vous feriez mieux de lire des temoignages de gens qui l'on connu plutot que vous abreuver de propagande anti che ou alors faites comme moi et allez à Cuba et en amerique latine et parlez à la population (pour un despote c fou comme il est aimé)
Pour finir vu que je ne vous comvraicrais pas que vous êtes dans l'erreur je vous laisse avec deux phrases à méditer sur la démocratie de vos amis américains!
"Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis."
(Ramsey Clark - Ministre de la Justice des Etats-Unis
sous la présidence de Lyndon Johnson )
"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "
(Amnesty International, 1996)

C'est quoi votre T-Shirt vive la "Reagan revolution" et vous ossez donner des leçons...lol

Anonyme a dit…

c'est drôle parce que les gens ont l'air con, ils savent pas ce défendre. mais un peu dur avec ce que représente le Ché. le Ché s'est opposé à l'URSS et c'est une des raisons pour lesquelles il est parti de Cuba. donc l'associer aux 100 millions de morts du communisme c'est un peu facile.
et puis oui, il a ordonné des exécutions mais le gouvernement exécutait beaucoup d'opposants aussi. et la population locale servait de prostitués et de serveurs dans les restaurants et casino remplis de businessmen américains friqués.

bref, le Ché n'est ni responsables des morts du communisme en URSS, ni de ce qu'a fait Fidel Castro de Cuba. le reste se discute. je pense que globalement la population a bénéficié de la révolution. il faut comparer l'avant et l'après révolution. et pas comparé leur société avec la notre, c'est trop facile.

Arthur Wneir a dit…

Les 100 millions de morts du communisme on en parle au gars qui porte un t-shirt CCCP - Selon vous on ne peut pas associer l'URSS et les millions de morts du communisme ?

Le Che n'était pas en accord avec l'URSS parce que ? Rappellez le moi que l'on s'amuse un peu...

Il voulait que l'URSS soit plus agressive et balance les missiles atomiques sur les Etats-Unis ... alors inutile de suggerrer que le Che est parti parce que les sovietiques russes étaient trop violents et fanatiques.
Le contraire est bien plus vrais.

Anonyme a dit…

HAHAHAHAHAHAHA
Arthur Wneir est un comique !
J'ai envie de parler des désastres du Chili et de l'Argentine, mais rien qu'à les évoquer, je sens déjà goutter la sueur froide de quelques pseudo intellectuels.
Arthur Wneir ou l'art de détourner des arguments de manière falacieuse. Bien à vous :/

PS : Coca ça tue pas des gens en Inde ?

Anonyme a dit…

Salut la BAF alors on n' a pas publier mon précedent post on me censure (nan pas vous les amoureux de la démocratie?)
Pour le Che il a une rupture avec l'URSS parceque il trouvé le systeme trop bureaucratique et responsable de l'imperialisme en aidant pas les pays pauvre (discours d'Alger) De plus faire passer les dictatures de l'est (qu'ils condamnent d'ailleurs) pour le système que les communistes souhaitent c'est facile vous étés pas les premiers.
Mais si nous parlions des morts dont sont responsable les USA que vous défendez (souvenez vous du Chili et de Pinochet que les US ont aider à mettre en place par exemple)Le devoir de mémoire des capitalistes c'est pour quand ?
Yann Durst

Anonyme a dit…

vous êtes parfaitement ridicule ... enfin, si ça peut vous amuser ... j'espère qu'un jour vous tomberez sur un gars moins sympa qui vous fera ravaler votre mesquinerie et votre connerie.

Arthur Wneir a dit…

>Mais si nous parlions des morts dont >sont responsable les USA que vous >défendez (souvenez vous du Chili et >de Pinochet que les US ont aider à >mettre en place par exemple)Le >devoir de mémoire des capitalistes >c'est pour quand ?

Ce sont des pays capitalistes que les anti-pinochets publient et vendent des livres anti-pinochets.
C'est dans un pays capitaliste qu'il a été arretté.
Les gens de gauchent qui ont été élu aux Chili apres Pinochet ont décidé de ne pas rompre avec le capitalisme ...

Les crimes du régimes de Pinochet sont non seulement largement présentés au public des pays démocratiques et capitalistes mais en plus bien souvent largement gonflés et exagérés. Donc je vois mal de quel devoir de mémoire vous parlez.

La vérité Historique étant plutot qu'il y a eut un conflit armée entre des bandes marxistes violentes (un peu comme celles du Che), et une armée majoritairement soutenue par la population qui en avaient marre de voir le Chili s'appauvrir et se transformer en "paradis" socialiste.
Qui dit conflit armée dit morts. De là viennent l'essentiel des victimes il me semble.
Ensuite il y eut des disparitions et des meutres commis par les representants du régimes de Pinochet. Ce qui est parfaitement condamnable.

Au final Pinochet a respecté ce qu'il avait dit, il a rétablie la prospérité puis la démocratie et la liberté dans son pays.
Quand il a perdu les élections il a pris sa retraite.

Donc si le régime de Pinochet n'est pas un modéle il est parfaitement ridicule pour la gauche d'en faire un épouventail à brandir des que l'on parle des crimes de ses héros genre Che Gueverra.

paul!guévariste a dit…

pfff ça m'écoeure tous les mensonges que vous pouvez balancer sur lui.oui il a tué des détenus dans la prison a cuba.c'était des complices de batista!mais de gaulle aussi a fait fusillé à la libération je vous rappelle pourtant personne ne le critique à lui!En plus vous profitez de l'ignorance des gens...aprés c'est nous communistes qui manipulons!mais aprés tout, votre leitmotiv n'est que la haine du communisme.et oui ,qu'est ce que tu veux la peur du communisme entraine à dire tous les mensonges inimaginables pour que le peuple ne se rende pas compte qu'il est exploité.
amicalement tout de méme, je suis pas la non plus pour inciter à la haine.

jc a dit…

Oui, y a du boulot!

Voir aussi:

http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/2007/07/08/desinformation-ceci-est-lhistoire-dun-echec-retour-sur-40-ans-de-cheguevaramanie/